Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juillet 2016 5 01 /07 /juillet /2016 12:03

une amie m'a prété ce livre il y a quelque temps

un jour où je changeais de livre

je me suis dit

c'est celui là

je l'ai lu il y a plusieurs mois

plusieurs moi que tout ça dort là

je le retrouve aujourd'hui

c'est peut être le bon moment

ce livre m'a touchée

il a fait résonner en moi je ne sais quoi

des peurs

des choses que je ne peux pas dire

des choses qui sortent partois

petit à petit

je me suis parfois retrouvée dans ces mots

ce n'est pas gai

(je t'aurai prévenu)

la tentative de suicide de sa demi soeur

"Le lendemain soir, papa, maman Denise, Cécile et moi étions assis devant notre assiette de soupe. Cécile lâcha soudain sa cuillère et fondit en larmes. Pour la première fois je l'entendis parler de façon nette et claire : "Maman, papa, pardon... J'ai chagrin... J'ai douleur... C'est trop dur, maman... Je demande pardon"

"Peuple de barbares selon César, les Gaulois avaient peur que le ciel leur tombe sur la tête. Aucune autre croyance, aussi bizarre soi-elle, n'a autant fait rire l'humanité. Pour tout dire, on la cite en exemple le plus extrême de la plus extrême sottise. Et Pourtant, il tombe.

Il tombe lorsque vus êtes confronté à la tromperie la plus éhontée ou à la vérité la plus fracassante. Cette situation se révèle dans l'instant même où elle se présente. Elle vous fige sur place. Un cri d'horreur monte dans votre gorge, s'y enfle. Votre bouche, trop étroite est incapable d'exprimer l'mpleur de votre souffrance. C'est à cet instant que le ciel change de place. Il descend, vous encercle. Il rapproche l'un de l'autre les deux bords de votre horizon. L'air se condense en un matériau épais. Votre regard se heurte à une opacité. Une gêne contraint votre poitrine, comprime vos poumons, verrouille votre respiration. Vous avez le sens de l'honneur et de la dignité ; vous vous raccrochez à l'orgueil d’Être ; vous demeurez debout ; vous refusez de baisser la tête. Mais votre corps se tasse. Le poids vous met à genoux, à genoux pour une seconde de rémission. Puis la masse s'affirme, victorieuse : le ciel rejoint la terre. S'il reste en vous une parcelle de mémoire qui vous rattache au genre humain, un dernier soubresaut vous vide et vous renvoie au néant.

On n'en meurt pas."

la rencontre ratée avec son autre demi-sœur

"Pas après pas, dans la buée de ma respiration, ressurgissaient les rancœurs , les rancunes, les tourments et cette tristesse qui déchire le ventre. Arrivée à la mare du haut, je me blottis sous les noisetiers. Ce fut une minute de vérité qui me chamboula de fond en comble.L'honnêteté la plus élémentaire m'obligeait à le constater, à en être horrifiée ; en voyant paraitre Georgette, j'avais senti mes crocs pousser, le poil soulever ma pèlerine. Ce qui m'avait fait fuir, c'était le violent désir de lui "foutre des gnons, de la tabasser, de la massacrer". Ce monstre caché en moi... Je me vis telle que j'étais devenue, bête frénétique, férocement méchante. Honteuse de l'être. Un écœurement qui venait de loin me projeta vers la mare glacée. Faire un trou ! Me glisser dans l'eau... Que tout ça finisse. Sous les sabots et le bâton, la glace se lézarda mais na-na-na, bisque, bisque, rage !, refusa de s'ouvrir. Le soir tombait. Il gelait à pierre fendre"

son frère lui confie qu'il a voulu se suicider à neuf ans

"J'ajoute : un enfant qui jette son appel au secours vers la mort et continue de vivre ne récupérera pas les forces qu'il a brulées pour accomplir son geste. Je le sais, je suis apssée par là, à l'age de onze ans. Il reste un vivant privé du dernier recours, puisqu'il l'a raté. Il est persuadé d'avoir démérité du repos qu'il demandait. N'attendez pas qu'il s'apitoie sur lui-même ni sur personne au monde."

un diamant brut

Partager cet article

Repost 0
Published by mirabelle - dans lecture
commenter cet article

commentaires

en passant

merci de votre visite !

sauf mention contraire, le contenu de ce blog, c'est le mien : les textes, les images, les dessins, les photos, tout ça c'est à moi quoi...

pour me contacter : marmirabelle@gmail.com

Rechercher...

Les Pages