Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mars 2014 2 18 /03 /mars /2014 20:06

c'est le récit d'une aventure

racontée par celui qui l'a pensée

c'est le récit d'un échec aussi, si on raisonne froidement

(l'histoire se passe en Antarctique... héhé)

j'ai découvert cette histoire au Muséum d'Histoire Naturelle du Havre cet été

j'avais déjà lu "Au Coeur de l'Antarctique" à l'automne

et j'avais pour projet de lire ce livre

j'ai dû le commander

j'ai dû attendre un peu

j'ai trouvé ça incroyable

l'histoire se passe entre 1914 et 1916

en voilà quelques extraits

 

préface de Paul Emile VICTOR - aout 1988

(...)

de telles figures sont plus rares qu'on ne croit. Et elles révèlent presque toujours des âmes de haute volée. Sans doute Shackleton ne possédait-il pas que des qualités. il y avait en lui un gout certain pour l'excès, un côté un peu "dingue" qui en font tout le contraitre d'un sage. On l'a dit quelque peu porté à la vantardise, à la témérité inconsidérée (on a vu ce qu'il en était) quelque peu coureur de jupons aussi... Seuls les esprits tièdes, qu'effraie le vent du large, sont à l'abri de ce genre de reproches... qui pèsent pour rien, empressons-nous de le dire, dès lors qu'il s'agit de jauger au fond la valeur d'un homme. Lui même, non sans malice, invitait ses contemporains à s'en tenir à ce propos à la leçon des faits : "L'effort le plus surhumain, aimait-il à dire, ne vaut rien s'il ne donne des résultats." et l'échec apparent d'une entreprise, on s'en rendra compte à la lecture des pages qui vont suivre, peut générer plus de résultats que bien des prétendus succès. Car telle est la vertu première de l'aventurier digne de ce beau nom : faire que l'aventure soit déjà en elle-même, par delà les aléas du meilleur et du pire, du succès et de l'échec, un accomplissement.

(...)

et des extraits du récit

(...)

Après la conquête du pôle Sud par Amundsen, précédent de quelques jours l'expédition britannique conduite par Scott, il ne restait plus qu'une grande aventure à tenter dans l'Antarctique : la traversée du continent polaire sud.

Stimulé par les succès norvégiens, j'en entrepris l'étude et l'organisation. Ainsi c'est à une expédition britannique que reviendrait l'honneur de la première traversée du continent extrême.

Nous avons échoué.

L’histoire de notre tentative est le sujet de ces pages.

(...)

Des marins naufragés, dérivant sur les mers antarctiques, ne sont pas choses imaginées par la philosophie des baleines ; mais en somme ils peuvent se substituer pour le goût aux phoques et aux pingouins. Vraiment, nous regardions les "killers" avec appréhension.

(...)

Le thermomètre indiquait 20° sous zéro et une pellicule de glace se formait sur la surface de la mer. Caux qui n'étaient pas de garde se blotissaient dans les bras les uns des autres pour se réchauffer; Nos habits dégelaient au contact de nos corps, et le plus léger mouvement exposant à l'air vif les places relativement chaudes, nous gardions une immobilité absolue tout en nous murmurant les uns aux autres nos espoirs et nos pensées.

(...)

La vie d'un homme peut s'entretenir avec des moyens bien restreints et les embarras de la civilisation sont bientôt écartés en face de la dure réalité. Pourvu qu'il ait nourriture et abri, un homme peut toujours vivre, et même trouver le moyen de rire.

(...)

D'en haut nous avions jeté la doloire, le livre de loch et la casserole enveloppée dans l'une de nos blouses. C'était, avec nos vêtements trempés, tout ce que nous rapportions de l'Antarctique, où nous nous étions engagés un an et demi auparavant avec un bateau bien gréé, un équipement fourni et d'immenses espoirs. C'était tout, en fait de choses tangibles ; mais en souvenir nous rapportions des richesses. Nous avions pénétré le placage extérieur des choses, nous avions souffert et triomphé, rampant par terre en cherchant à saisir la gloire, grandissant au contact de l'immensité. Nous avions vu Dieu dans sa splendeur, entendu la voix de la Nature, nous avions touché l'âme humaine dépouillée de tout artifice.

(...)

sur cinquante six hommes au départ,

cinquante trois reviennent

plusieurs ont ensuite été tués pendant la première guerre mondiale.

l'Odyssée de l'Endurance

Partager cet article

Repost 0
Published by marmirabelle - dans lecture
commenter cet article

commentaires

Red B... 28/03/2014 00:06

Il y a eu des morts?
Dans mon souvenir, la prouesse était précisément qu'il n'y en ait pas eu. Cela dit, j'ai lu ce livre il y a un moment déjà, quoique j'aime le relire à l'occasion.

marmirabelle 28/03/2014 07:24

il y a eu un mort de froid et deux perdus sur la banquise dans l'expédition de "soutien" qui devait faire les points de ravitaillement à "terre". aucun mort c'est vrai parmi les 28 hommes qui devaient traverser l'Antarctique. et ça c'est effectivement une prouesse, parce que traverser un bout de mer sur une coque de noix ça n'a pas été une partie de rigolade !
bienvenu par ici Red B !

doume 20/03/2014 20:30

Et pourquoi cette passion pour l'Antarctique ? Ou pour l'aventure, peut-être ? Ou les deux, voir plus ?

Cette après-midi, j'ai acheté "Seule Venise" de Claudie Gallay. J'avais tant aimé "Les déferlantes" ...

marmirabelle 20/03/2014 22:09

je ne sais pas
cette expo au havre m'avait beaucoup plu
ça avait été une jolie surprise
j'aime beaucoup les manchots, ceci explique peut être cela ?...
j'enchaîne sur "voyage d'une femme au Spitzberg" dont je reparlerai sans doute !

en passant

merci de votre visite !

sauf mention contraire, le contenu de ce blog, c'est le mien : les textes, les images, les dessins, les photos, tout ça c'est à moi quoi...

pour me contacter : marmirabelle@gmail.com

Rechercher...

Les Pages